top of page

Il faut trois ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à écouter...CONFUCIUS

Je n'ai pas toujours su écouter...

Entendre oui, quoi que...

Observer, peut-être mieux...


Mais si j'y réfléchis vraiment, je crois que si...si, j'ai su naturellement écouter et puis un jour, ou bien petit à petit j'ai arrêté d'écouter...


Ça ne s'est pas fait intentionnellement, ça s'est produit par un mécanisme psychique, un mécanisme de survie : La peur avait envahit mon être entier, le privant de la relation harmonieuse intrinsèque entre mon âme, ma psychée et mes propres signaux que mon corps me transmettait ; le mettant à distance de cette effervescence sensorielle, omniprésente, envahissante...


Il fallait, vivre, survivre, alors le mieux c'était de sortir du brouhaha des sens, des émotions, et des pensées, et mettre mon âme en retrait…


Et puis, le vide est arrivé, puis la conscience du vide, pas de vide à l’extérieur, je travaillais, j’avais une famille, des enfants, un mari, une maison, tout pour être heureuse s’il on en croit la croyance sociétale, mais le vide à l’intérieur… Je vivais dans l’ombre de moi-même…


L’absence de vie, de ses manifestions, de son élan!

L’absence de sens!


Je me souviens m’être demandé mais qui suis je? Qui suis je vraiment? Et pourquoi suis je là? Quel est le sens de tout cela?


Puis je me suis posée assise sur un coussin, (de mon plein gré, si si je vous assure)...

Je me suis posée et j’ai d’abord pris le temps de sentir ma respiration…


Hummm comme c’était bon… et nouveau…


Je me suis allongée sur un tapis tous les jours, environ 1h par jour

Je me suis allongée et j’ai bataillé pour essayer d’écouter toutes les parties de mon corps…


Hummm… comme c’était difficile, et ch(iant) aussi…


Puis à nouveau, je me suis posée assise sur un coussin, tous les jours, à 5h45 du matin pour pourvoir être disponible une heure plus tard pour mes enfants…et j’ai découvert que :


Hummm comme ça pouvait être bon, répétitif… et chiant… et difficile, et douloureux…


Mais comme même qu’est ce que je me sentais mieux après avoir pris ce temps avec moi…


J’ai donc continué à m’assoir tous les jours à 5h45 du matin quoiqu’il arrive, quoiqu’il en soit, et parfois, pendant les vacances, c’était à 9h, ou à 18h…


Et J’ai commencé à ECOUTER mon monde intérieur : mes sensations corporelles, mes émotions, mes pensées…


Mes sensations corporelles alors même que j’étais immobile…

Mes émotions alors même que j’étais immobile…

Mes pensées alors même que j’étais immobile…


« "Je me sens fatiguée"… "tiens je me suis assoupie quelques minutes"… "tiens j’entends les battements de mon coeur dans mon oreille, oh c'est bizarre, j'ai peut-être un problème"… "tiens me voilà partie dans la confection du repas"… "pourquoi j’ai envie de pleurer subitement? »...


J’ai ECOUTÉ instant après instant, les différents mouvements de vie à l’intérieur de mon être…


J’ai découvert l’inconfort d’être face à soi, face à mes émotions difficiles, à mes pensées qui m’emmenaient dans le passé, ou dans l’avenir refaire le monde sans que rien ni personne n’intervienne dans ce processus…


Je suis restée là des heures à écouter, à plusieurs reprises même, je suis partie en retraite silencieuse loin de chez moi, au beau milieu d’inconnus, en quête comme moi, pour mieux m’écouter et entendre derrière ce brouhaha, les besoins cachés de mon âme…

Alors je me suis sentie moins seule, je me suis sentie soutenue..


Parallèlement j’ai continué ma vie dans le monde…


Je me suis posée encore et encore pour écouter, et entendre

J’ai accepté tout! J’ai accepté mes lumières et mes ombres parfois avec résistance et difficultés…


Je suis aussi pleine de gratitude car que j’ai été guidée, quand j’ai commencé à m’assoir, j’ai suivi un programme de réduction du stress par la mindfulness MBSR), j’ai été guidée sur mes pratiques d’assises et de pleine conscience avec des méditants confirmés, des instructeurs de méditation, des Lamas pendant les retraites silencieuses.


Je ne connaissais pas le chemin, mais en étant guidée et écoutant mon âme, en me sentant soutenue, j’ai avancé avec confiance…


Et je me pose encore assise sur un coussin pour développer encore et toujours l’écoute intérieure, le silence, les sensations de mon corps, le langage de mon âme…


J’ai développé en pratique formelle une posture intérieure, celle de l’Ecoute, que je compte bien encore développer…


Je me suis posée sur un coussin sur les 8 dernières années environ 2200heures, soit environ 91 jours (et nuits) pour développer cette posture d'écoute.


Et c’est avec cette écoute, que j’établis les relations d’aide, les accompagnements que je mets en place, auprès des femmes, des enfants et de toute personne qui en a besoin pour à mon tour guider vers l’harmonie en Soi, et restaurer l’équilibre indispensable à un sentiment de se sentir entier, rempli, vivant et pouvoir avancer dans la vie sereinement.


23 vues0 commentaire

Comments


bottom of page